Choisir le bon courtier : nos 5 conseils

Vous prévoyez d’acheter un bien immobilier, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Choisir un courtier pour vous aider peut être la solution.

Si vous êtes en train de lire cet article, c’est que vous vous êtes sûrement décidés à faire appel à un courtier afin d’obtenir votre prêt immobilier. Nous savons qu’il est difficile de s’y retrouver. Certains opèrent en ligne, d’autres en agence, d’autres sont à leur compte. Comment y voir plus clair ? Comment choisir le bon courtier ? 

Voici 5 conseils qui vont vous aider à choisir le bon courtier : 

 

1.     Votre courtier doit être immatriculé 

 

Pour cela, il doit être agréé. Comment vérifier ?  Il doit être titulaire d’un diplôme de niveau 1 via l’Intermédiaire en Opérations de Banque et Solutions de Paiement (IOBSP).

De plus, s’il n’est pas immatriculé auprès de l’ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance), c’est qu’il n’est pas fiable. En effet, c’est le seul organisme pouvant délivrer un numéro d’immatriculation nécessaire à l’exercice de l’activité de courtage.


2.    Il doit avoir un bon réseau 

Que ce soit un indépendant ou qu’il fasse partie d’un réseau, vous devez être sûr qu’il bénéficie d’un bon réseau. Sans cela, il ne saurait vous être très utile dans votre recherche de financement. 

Mais qu’est-ce qu’un bon réseau ? En effet, il ne faut pas confondre réseau quantitatif et réseau qualitatif, car la quantité de conventions n’est pas révélatrice de la qualité du courtier. 

Un courtier qui travaille son réseau de façon quantitative va chercher à avoir des conventions avec le plus de banques partenaires en se disant que ce sera le moyen d’obtenir forcément un prêt pour son client. Or, nous considérons que ce n’est pas la bonne solution et nous vous conseillons de faire appel à un courtier qui aura un réseau qualitatif. 

En effet, la première erreur que font beaucoup de personnes est de penser que plus un courtier à d’agences partenaires, plus il sera compétent. Or, en réalité, c’est plutôt l’inverse. Un courtier efficace et performant enverra votre dossier à deux voire trois banques maximum, connaissant leurs offres et sachant de prime abord lesquelles pourraient être intéressées par un dossier comme le vôtre. Un bon courtier connaît les banques et sait cibler ; il n’envoie pas ses dossiers à beaucoup d’agences. Un bon courtier aura de bonnes relations avec quatre, cinq banques maximum avec lesquelles il entretiendra une relation de confiance. On dira alors qu’il a un réseau qualitatif. 


3.   Un bon courtier accompagne du début à la fin

Il va vous accompagner du début à la fin : vérifiez que ce professionnel est tout à fait conscient que son rôle va être de vous aider à monter le dossier le plus solide possible ainsi que de vous suivre du début à la fin. 

Vous le payez pour bénéficier d’un accompagnement complet, il doit en être informé et d’accord. En effet, son rôle ne va pas être seulement de vous obtenir le meilleur taux, mais aussi de vous aider à monter votre dossier, de vous rassurer, de vous défendre.

Il va être votre pilier en vous épaulant pendant toute la recherche de financement ; du lancement de financement, au montage de dossier, à la définition de la stratégie et encore bien d’autres étapes. Assurez-vous donc que vous pourrez le contacter n’importe quand et facilement. 


4.   Un bon courtier sait personnaliser son activité 

Il adapte son suivi au profil : vérifiez que le courtier va vous proposer un suivi personnalisé. Que vous décidiez de faire appel à un courtier en ligne ou en présentiel, assurez-vous que vous pourrez discuter en direct, en face-à-face ou au téléphone, et que ces discussions seront fréquentes. Il est nécessaire que vous échangiez souvent, à la fois pour vous rassurer et lui permettre d’avancer. 

Il est nécessaire que le courtier ait ciblé votre cas afin d’adapter sa stratégie à votre profil. Sa manière de procéder ne sera pas la même si vous êtes un freelance de 35 ans ou un senior. En s’adaptant à chaque client, il sera beaucoup plus efficace. 


5.    Il doit travailler et facturer de manière transparente

Vous êtes obligés en passant par un courtier de lui faire signer un mandat, sans lequel il ne pourra pas négocier pour vous auprès des banques. Sur ce mandat, doivent figurer ses conditions de travail, la façon dont il procède, les informations sur ses établissements partenaires, mais aussi sa rémunération. Le courtier se doit donc d’être entièrement transparent lors de la rédaction du mandat. 

De plus, assurez-vous que votre courtier soit honnête. S’il se rend compte rapidement que malheureusement votre recherche de financement ne va pas pouvoir aboutir, il faut qu’il soit honnête et vous le dise ; autant ne pas perdre de temps. Il se doit également d’être 100 % honnête sur sa rémunération. 


Pour conclure, voilà donc les cinq conseils qui selon nous vous aideront à trouver le bon courtier. Par rapport aux avis, il est vrai que le bouche à oreille reste une méthode efficace et rassurante. Demander conseil à vos amis, à votre famille ou consulter les avis sur Internet pourrait vous rassurer en vous permettant d’avoir des retours d’expériences réels et concrets. 

Cependant, nous vous recommandons de ne pas vous y fier à 100 %. En effet, il est vrai que les recommandations sont une bonne preuve sociale, mais le profil peut ne pas être le même. Rappelez-vous que chaque cas est différent ; on peut vous recommander quelqu’un qui ne sera pas forcément adapté. Donc nous vous conseillons de suivre des recommandations seulement si vous avez la même situation. 

Si vous êtes en recherche du bon courtier, n’hésitez pas à tester notre service de matching en faisant une demande. Le courtier qui selon nos experts matchera avec vous répondra aux cinq conseils précédents. Si vous souhaitez en savoir plus sur Achylles, n'hésitez pas à visiter notre site.